Les Publications

Les dernières publications de nos chercheur.e.s.

Filtrer par
1 2 3 4
Jean-Philippe Melchior et Philippe Tétart (dir.)

MAI 68 Cinquante ans après. Mémoire[s], Trace[s], Représentation[s]

Que reste-t-il de Mai 68 ? Qu'en reste-il dans les usages et les discours politiques, dans la culture de la mobilisation militante, dans les mœurs ? Les revendications de 1968, les manières d'être, de penser le monde, constituent-elles un héritage qui résiste aux ans ? Quelles sont aujourd'hui les traces de 68 dans la société ? Telles étaient les interrogations présidant à la rédaction de cet ouvrage. Une douzaine de chercheurs se sont réunis pour tenter d'y répondre à partir d'un florilège d'objets significatifs : l'historiographie du moment 1968 ; la mémoire et le militantisme paysan ; l'influence de 68 sur le gaullisme ; la métamorphose de la représentation du situationnisme ; les politiques de la ville ; l'affirmation d'une immigration militante ; la perception des événements français en Uruguay ; la mémoire intergénérationnelle de 68 chez les étudiants actuels. Il n'en ressort pas un tour d'horizon complet. Loin s'en faut. Néanmoins, ces focus montrent bien comment les événements de Mai 68 imprègnent encore, peu ou prou, le temps présent, comment entre évaporation et sédimentation, cet événement majeur fait encore trace.

En savoir plus
Couverture de L'arnaque à la nigériane
Nahema Hanafi

L’arnaque « à la nigériane ». Spams, rapports postcoloniaux et banditisme social

Au cours de ces dernières années, j’ai reçu de très nombreux spams me proposant de toucher l’héritage d’une expatriée française souffrant d’un cancer, pour peu que je fasse une avance de frais sur la transaction. Plutôt que de les placer dans la poubelle de ma messagerie électronique, j’ai voulu répondre à l’interpellation en redéployant mes questionnements d’historienne de la médecine, du genre et des écritures de soi pour les appréhender comme de véritables sources. Construit sous la forme d’une enquête, ce livre en restitue les tiraillements, invite à réfléchir aux regards que portent les historien·nes sur le présent et à la manière dont on peut s’ « indiscipliner » pour l’explorer, non sans trouble ou sentiment d’égarement. Le livre décortique dans un premier temps l’arnaque « à la nigériane » (qui provient aujourd’hui plus généralement d’Abidjan, où de jeunes brouteurs officient depuis des cybercafés) afin d’en explorer les ressorts ainsi que les représentations des expatriées et de l’Afrique que les escrocs mobilisent pour leurrer. Le second temps mène à poursuivre l’enquête à partir des réseaux sociaux des brouteurs pour saisir leurs imaginaires et valeurs, la manière dont ils opèrent par l’intrigue une inversion des rapports de pouvoir entre le Nord et le Sud et inscrivent leurs pratiques dans une forme de banditisme social décolonial.

En savoir plus
Régine Plas et Nathalie Richard (dir.)

Commémorer les sciences de l’Homme

Les commémorations constituent un observatoire particulièrement révélateur de l’état d’un domaine savant à un moment donné. Telle est l’hypothèse qui guide ce dossier. Dans l’histoire des sciences humaines et sociales (SHS), les commémorations, fréquentes, manifestent des tensions internes aux disciplines ou dans leur rapport à un plus vaste environnement. Le cinquantième anniversaire de la mort du psychiatre martiniquais Franz Fanon a ainsi fait l’objet, en 2011, d’une large couverture médiatique et a occasionné des débats très politisés. Les articles de ce dossier prennent le mot « commémoration » au sens étroit de cérémonie, en souvenir d’un événement ou d’un défunt. La dimension rituelle met particulièrement en évidence l’articulation des enjeux d’une communauté scientifique avec leur mise en scène publique. Stratégies à destination des pairs, des disciples et des concurrents s’entremêlent avec des signaux politiques qui espèrent toucher un large public. In fine, il s’agira de s’interroger sur la formulation de discours mettant en avant une spécificité des SHS (face aux autres sciences, à la littérature, au politique) dans ces moments commémoratifs, en variant les niveaux d’analyse (disciplines, auteurs, institutions).

En savoir plus
Sylviane Llinares (dir.)

Le chanvre, histoire et techniques d'une fibre végétale

Les textes rassemblés dans ce numéro spécial des ABPO ont été présentés lors du colloque interdisciplinaire « De cordes et de toiles. Le chanvre et le lin à la mer. Cultures, usages et innovations des origines à nos jours » organisé à Lorient par l’université de Bretagne Sud les 26 et 27 juin 2012 en partenariat avec le Port-musée de Douarnenez et l’association Lin & Chanvre de Bretagne – Route des toiles. Ces textes ont été revus et actualisés par leurs auteurs au cours de l’année 2020 en vue de leur publication.

Sylvain Villaret et Philippe Tétart (dir)

Les édiles au stade. Aux origines des politiques sportives municipales. Vers 1850-1914

L'histoire de la mobilisation des municipalités autour de la question sportive est encore balbutiante. Cet ouvrage voudrait faire en sorte qu'elle le soit un peu moins. Deux questions sont à son origine : à quand remonte l'émergence des actions municipales favorables aux pratiques physiques et, plus particulièrement, aux sports ? A partir de quand ces actions relèvent-elles, stricto sensu, de « politiques publiques » des sports ? Une quinzaine de contributions, consacrées à Paris, Colombes, Toulouse, Strasbourg, Saint-Etienne, Angers, Vichy, Le Creusot, Montceau-les-Mines, Bègles, Carpentras, Saint-Brévin et Les Sables d'Olonne, mais aussi à la Corse et aux petites communes drômoises et ardéchoises, apportent des éléments de réponse. Qu'apprend-t-on ? Que les actions municipales s'affirment dès le XIXe siècle. Que les élus agissent, résolument, plus « par » le sport - pour travailler leur image, celle de leur ville, dynamiser l'économie locale - que « pour » le sport. Que la mobilisation des mairies est parfois très franche, conquérante même. Au final, cet ouvrage montre que la Belle Epoque est une période clé d'incubation des politiques sportives municipales. Il invite donc à introduire la stimulation municipale parmi les facteurs favorisant l'essor du phénomène sportif des années 1850 à la Grande Guerre.

François Cassingena-Trévedy et Philippe Blaudeau

Abrégé de l'histoire des nestoriens et des eutychiens

Écrit par Libératus, diacre de Carthage, ce Breviarium traite en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Condensé original d’informations ecclésiastiques d’une richesse rare, ce récit, composé en latin sans doute peu avant 566, forme un objet historiographique plutôt insolite. Libératus ne semble pas toujours tenir la concision de l’« abrégé » pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer du modèle des Histoires ecclésiastiques, jusqu’à citer in extenso des documents majeurs, pour mieux saper, avec discrétion, les fondements de la politique impériale visant à condamner Théodore de Mopsueste et certains écrits de Théodoret de Cyr ou Ibas d’Édesse. Car l’oeuvre est partiale et même partisane : Libératus, lui-même impliqué directement dans la phase ultime du conflit, entend rendre justice à la conception strictement chalcédonienne des deux natures du Christ, en proposant une lecture alternative de l’héritage de Cyrille d’Alexandrie. Il témoigne ainsi d’une vision originale de l’Église qui ne se réduit pas à celle de Rome ou d’Alexandrie.

En savoir plus
Benoît Brouns (†), Jean-Michel Matz, Laurent Vallière

Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. Tome 19 : Diocèse de Narbonne

La collection des Fasti Ecclesiae Gallicanae propose pour chaque diocèse de France un répertoire prosopographique des évêques, des dignitaires et des chanoines des chapitres cathédraux du XIIIe au XVe siècle. Le tome 19 qui vient de paraître sur le diocèse de Narbonne contient un ensemble de chapitres de présentation, variables d’un volume à l’autre en fonction des situations locales : une notice institutionnelle sur l’histoire du diocèse, du siège épiscopal et du chapitre de la cathédrale (commune à tous les volumes) ; une étude sur le quartier canonial à l’intérieur duquel devait vivre la communauté des chanoines ; une autre sur la cathédrale et la grande campagne de travaux qui l’a agrandie à l’époque gothique ; une dernière sur les nombreux palais et châteaux des archevêques dans la ville et le diocèse. Suivent les notices biographiques développées des vingt-deux prélats ayant occupé le siège archiépiscopal de Narbonne (dont le futur pape Clément IV), puis celles de plus de 530 dignitaires et de chanoines de la cathédrale Saint-Just identifiés pour la période considérée, issues d’une base de données informatisée (Éditions Brepols, décembre 2019, 503 pages).

En savoir plus
Couverture du livre "Dieu, César et les protestants
Edition critique établie par Céline Borello

Dieu, César et les protestants. Anthologie de discours pastoraux sur la "res publica" (1744-1848)

La prédication demeure un moment essentiel du culte protestant dans un but premier d’édification du croyant. Dans la France des XVIIIe et XIXe siècles, les pasteurs parlent à leurs fidèles que ce soit dans la clandestinité du Désert, durant la période mouvementée que représente la Révolution française, ou avec une liberté religieuse institutionnalisée par l’Empire napoléonien et maintenue par les Bourbons. Cependant, les orateurs protestants, du haut d’une chaire improvisée dans des lieux isolés ou, bien en vue dans un temple, s’éloignent parfois de sujets purement théologiques et, à la faveur de certains événements majeurs ou dans des circonstances nationales fortes, leurs sermons prennent une tonalité politique évidente. Cet ouvrage propose donc de découvrir seize prédications, en contextes religieux et politiques variés, qui apparaissent dès lors comme autant de jalons d’analyse des origines et fondements des rapports théorisés entre Dieu, César – c’est-à-dire le pouvoir temporel, du roi à la nation toute entière – et les huguenots suivant la péricope souvent mobilisée par les ministres : « Il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

En savoir plus
Couverture de l'ouvrage La Parole de l'enfant au bénéfice de ses droits
Yves Denéchère (dir.)

La Parole de l’enfant au bénéfice de ses droits

L’objectif de cet ouvrage est de confronter les diverses formes de prise en compte de la parole de l’enfant avec la notion d’agentivité des enfants, c’est-à-dire – au-delà de leur expression – leur capacité à être des agents actifs de leur propre vie, à exercer un contrôle et une régulation de leurs actes. La notion d’intérêt de l’enfant se trouve ainsi au coeur du dialogue interdisciplinaire et des réflexions portées par les auteur.e.s de ce volume. Dans les différentes contributions, les enfants sont perçus comme des acteurs et non comme des êtres passifs, dépendants ou incomplets ; comme des membres à part entière de la société et pour ce qu’ils sont en tant qu’enfants aujourd’hui, et pas seulement pour ce qu’ils seront demain. Les différentes sciences sociales mobilisées (droit, science politique, linguistique, archivistique, sociologie, psychologie, sciences de l’éducation, géographie) abordent les questions de la parole des enfants selon des angles variés (apprentissages, genre, famille, justice, migrations, travail) et à différentes échelles (locales, nationales, transnationales), en privilégiant l’expérience quotidienne de ces derniers.

En savoir plus
Couverture du livre Schizophrènes au XXe siècle
Hervé Guillemain

Schizophrènes au XXe siècle

Inventée vers 1900, la schizophrénie est devenue en cent ans la plus grande pourvoyeuse d’hospitalisations psychiatriques. Un objet récurrent d’intérêt médiatique également. L’appellation, stigmatisante, semble d’ailleurs amenée à disparaître des classifications mondiales. L’historien Hervé Guillemain s’est plongé dans les dossiers de milliers de patients. Pour écrire non pas l’histoire de la schizophrénie mais bien celle des schizophrènes, ce nouveau sous-ensemble de population qui réunit, sous l’égide de la science et de la clinique, aussi bien des domestiques en difficulté que des migrants confrontés à la crise ou de jeunes adultes aspirant à l’émancipation. Pourquoi et comment une maladie mentale naît-elle, évolue-t-elle et meurt-elle ? À ces questions, l’auteur répond en écoutant la voix de ceux qui furent les sujets et l’objet d’un épisode phénoménal du XXe siècle. L'ouvrage est lauréat du Prix Prescrire 2019.

En savoir plus
1 2 3 4