18 juin 2021

Soutenance de thèse de Benoît Cérézuelle

L’Apocalypse plutôt que le mythe. Histoire de la pensée des héritages antiques développée dans l’œuvre de René Girard

Directeur de thèse : Monsieur Philippe BLAUDEAU
Composition du jury :
Monsieur Philippe BLAUDEAU, Professeur des Universités Université d’Angers, Directeur de thèse
Monsieur Patrice BRUN, Professeur des Universités d’Angers Université Bordeaux Montaigne, Rapporteur
Madame Béatrice CASEAU, Professeur des Universités Université Paris-Sorbonne, Rapporteur
Monsieur Guillaume CUCHET, Professeur des Universités Université Paris-Est Val-de-Marne, Examinateur
Monsieur Thomas DESWARTE, Professeur des Universités Université d’Angers, Examinateur
Madame Annick PETERS-CUSTOT, Professeur des Universités Université de Nantes, Examinateur

Résumé de la thèse

René Girard (1923-2015) a élaboré tout au long d’une œuvre s’étendant sur une cinquantaine d’années une pensée historique qu’il qualifie d’«histoire mimétique de l’humanité». Les héritages que Girard tire de l’Antiquité y sont d’une importance majeure, et permettent de placer chronologiquement cette période à la jonction entre «archaïsme» mimétique et sacrificiel et «modernité» mimétique mais non sacrificielle. Sa lecture des mythes et des tragédies grecques lui permet de postuler que chaque société pré-chrétienne (ou société archaïque) a son origine dans des mécanismes inconscients de violences mimétiques collectives. L’analyse effectuée des textes de l’Ancien et du Nouveau Testament cherche à montrer que le christianisme consiste en une révélation totale du fonctionnement de ces violences, en particulier à travers les récits évangéliques. L’interprétation de ces mêmes textes est également à la racine de sa conception de la modernité mimétique, car le refus partiel de la Révélation donne l’impulsion à un double mouvement historique. D’une part, le contenu authentique du message chrétien s’inscrit dans l’histoire et y diffuse un savoir authentique sur le fonctionnement des violences humaines, faisant reculer l’archaïsme sacrificiel ; d’autre part, la disparition progressive de cet ordre sacrificiel, dont le rôle unique était de contenir les violences mimétiques, ne protège plus les sociétés dans lesquelles le christianisme se répand: dès lors, celles-ci se retrouvent donc devant le risque d’une Apocalypse entièrement constituée de violences humaines, conception que Girard précise à partir des passages apocalyptiques des textes évangéliques.
18 juin 2021, 14h0018h00
En visioconférence
Maison de la Recherche Germaine Tillion
Salle Camille Lepage
5, bis boulevard Lavoisier
49045 ANGERS Cedex 01

Prochains évènements

Retour à l'agenda
23 juin25 juin 2021

Colloque : "La gloire impériale du souverain"

Colloque de clôture du programme de recherche "Imperialiter - le gouvernement et la gloire de l'Empire à l'échelle des royaumes chrétiens (XIIe - XVIIe siècle)"

01 juil.02 juil. 2021

Colloque Communautés déchirées ?

Violences et divisions au sein des communautés de l’Occident grégorien (mi XIe-mi XIIe siècles) : entre pratiques et discours | Colloque international