Projets

Le laboratoire TEMOS porte plusieurs programmes de recherche financés aux niveaux régional, national et européen :

(cliquer sur les titres pour accéder aux pages dédiées)

EnJeu[x] – Enfance et jeunesse
Coordination Yves Denéchère, 2015-2020

EnJeu[x] Enfance et Jeunesse est un programme de recherche porté par l’Université d’Angers, financé par la région Pays de la Loire et agréé par la MSH Ange-Guépin. Il fédère un large consortium autour de l’étude de l’enfance et de la jeunesse et ambitionne de se positionner comme un réseau de recherche reconnu, au niveau national et international, sur ces thématiques porteuses d’enjeux sociétaux forts pour l’avenir.
EnJeu[x] regroupe tous les laboratoires de lettres, langues, sciences humaines et sociales des Pays de la Loire travaillant sur les thématiques de l’enfance et de la jeunesse, mais aussi des laboratoires des domaines de la santé, de la nutrition et des sciences de l’ingénieur, soit 130 enseignants-chercheurs et 17 laboratoires. Complètent ce consortium Nova Child, seul réseau français d’entreprises au service de l’innovation pour le bien-être de l’enfant, ainsi que, dans le domaine de la santé, le Réseau Sécurité Naissance, association promotrice du réseau régional de suivi des enfants vulnérables «Grandir ensemble».


AmateurS – Amateurs en sciences (France, 1850-1950): une histoire par en bas
Coordination Nathalie Richard, 2019-2021

Ce projet vise à l’écriture collective d’une histoire des amateurs en sciences en prise avec le présent, faisant écho aux questions qui ont émergé autour des sciences participatives ou citoyennes et des sciences à l’ère numérique. Cette histoire prendra acte des renouvellements apportés par les Science studies et par l’histoire sociale et culturelle des sciences. Ce projet repose sur deux hypothèses. 1° – Un regard historique sur l’amateurisme scientifique permet d’enrichir la réflexion sur le présent, en mettant en lumière des continuités autant que les ruptures sur lesquelles insistent les études centrées sur le XXe siècle et sur le présent. 2° – La question de l’amateurisme en science s’éclaire à être considérée dans un cadre transdisciplinaire. Ce projet associe ainsi des historiens de trois champs : deux sont classiques dans l’historiographie (astronomie, archéologie), l’un (sciences médicales) est plus inédit bien qu’il soit central dans les sciences participatives actuelles.

RelRace – Religions, lignages et «race»
Coordination Vincent Vilmain, 2020-2023

Longtemps l’émergence de l’idée de « race » en Europe à l’époque moderne a été envisagée en lien étroit avec l’essor de la pensée scientifique. Dans le conflit de magistère qui oppose science et religion, la question des origines de l’homme est centrale et, avant que n’émerge au XVIIIe siècle un monogénisme scientifique, celui-ci se traduit souvent par l’opposition d’un polygénisme au récit de la création adamique. Or, les religions peuvent tout à fait produire de la « race ». Ces dernières années, l’historiographie de la « race » dans l’Amérique ibérique a mis en valeur les continuités avec l’Espagne du bas Moyen Âge, en particulier à travers certaines idées comme l’incapacité de l’eau du baptême à effacer la macule du sang. Cela conduit à poser la question du potentiel des récits religieux, notamment ceux produisant des généalogies, à produire de la « race ».

FilIAM – Filiations, Identités, Altérités Médiévales : Expériences sociales et représentations de la parenté dans le cas des filiations « à défaut »
Coordination Carole Avignon, 2020-2023

La manière dont les médiévaux pensent, éprouvent et se représentent la parenté dans l’Occident latin (XIe-mi XVIe s.) est au cœur du projet Fil.IAM. C. Avignon coordonne un programme de recherches sur les incidences sociales et culturelles de la hiérarchisation des filiations résultant d’un « défaut de naissance ». Créateur d’incapacités juridiques, ce defectus canonique stigmatise d’une macule de bâtardise les enfants illégitimes. Ces tensions génèrent des processus de déni ou de dégradation des filiations mais aussi des stratégies d’affiliations subsidiaires (nourricières, artificialisées) qui seront confrontés aux logiques, motifs et enjeux d’exclusions et de vulnérabilité dans le cas d’autres formes de filiations dégradées en lien avec les disabilties de l’infirmité ou de la maladie. Le programme permettra d’assurer un traitement concerté et optimisé des signaux faibles d’une documentation éparse, tout en renouvelant les grilles de lecture de la bâtardise médiévale par la mise en œuvre d’une comparaison entre expressions et représentations des incapacités juridiques et expressions et représentations des infirmités du corps.


GenHumChild – Gender and Transnational Humanitarian Commitment for Children (Europe 1980-2007)
Coordination Luciana Jinga, 2017-2019

The main objective of this project is to examine the extent to which “gender”, as category of analysis, can be a useful tool in explaining the nature and the impact of humanitarian aid of western organizations towards children in Europe, between 1980 and 2007, using as case study the relation France (initiator)-Romania (beneficiary). The main objectives are: to identify all the stakeholders involved in the humanitarian aid for children, the targeted problems, if the large framework of intervention to see if formally it addressed these gender particularities; to describe the grassroots activity and the human resources of the humanitarian organisations involved in aiding the children, with a special focus on the motivation(s) that stood behind both the personal and institutional involvement and of there any differences between women and men; a survey on the local impact of each of the major intervention axes, insisting on sensitive issues, such as the accusations of paedophilia and the scandal surrounding international adoptions.