Journées d’études croisées ESTEA: Quand il est difficile de gouverner en territoire chrétien

07 juin 2019 par Administrateur
Journées d'études croisées | 20-22 juin 2019 | Université de Nîmes, site Vauban

Manifestation organisée dans le cadre du projet ESTEA – Appréhender et matérialiser l’ESpace-Temps de l’Europe Angevine (XIIIe-XVe siècles) à travers l’exercice du gouvernement avec le soutien financier du CPER DI2L2S.

Les journées d’études croisées qui se tiendront à Nîmes en juin 2019, puis à Angers en novembre 2019, sont envisagées comme une sorte de contre-pied aux axes de recherche qui ont été travaillés dans le cadre du projet EUROPANGE. Nous souhaitons ancrer notre réflexion dans le temps long (XIIe-première moitié du XVIe siècle), c’est-à-dire envisager le Moyen Âge classique et l’aube des temps modernes, période clé en matière d’inventions, d’innovations et de changements d’un point de vue institutionnel, politique et juridique. En effet, cette période se distingue par la mise en place de pouvoirs forts, la structuration progressive d’une mosaïque d’États en Europe, de grands mouvements de part et d’autres de la Méditerranée tels que les croisades ou les projets qui y sont liés. Se dessinent alors des résistances parfois fortes, des transactions, des compromis ou encore des statu quo qui peuvent apparaître entre le gouvernement et la population qui lui est sujette : là se situe le coeur des réflexions de nos journées d’études. De nombreux travaux ont abordé l’action de gouverner, le fonctionnement et l’organisation des gouvernements eux-mêmes ou bien encore les différentes approches concernant les révoltes ou les contestations. Tout en utilisant les apports de ces champs de recherche, l’objectif de ces journées d’étude est bien d’aller plus loin en tentant d’identifier le plus finement possible ce qui, chez les gouvernés, est irréductible et les rend inflexibles, hermétiques, en quelque sorte allergiques au pouvoir qui devient dès lors vécu et ressenti uniquement comme une contrainte qu’il faut combattre. Ce refus est-il le fruit de stratégies individuelles ou collectives ? Est-ce une question de culture politique ? Est-ce en raison des structures même de la société qui ne conviendraient pas à certains ? Qu’est-ce qui, au fond, pousse certains à rejeter clairement, en théorie (les textes, les mots…) comme en pratique (les actes), l’hétéronomie ? Pourquoi à un moment donné la norme est-elle vécue comme quelque chose de subi au point pour certains de refuser de vivre selon des règles communes ?

Première journée d’études croisées

Télécharger le programme

A lire aussi