Appel à communication | Colloque « Intégrer le genre à l’histoire de l’aide humanitaire : Europe (XXe-XXIe siècles) »

11 octobre 2018 par Administrateur
Ce colloque international et pluridisciplinaire aura lieu à Angers les 12 et 13 juin 2019

Marie Sklodowska-Curie ActionsOrganisé par Luciana Jinga dans le cadre de son projet GenHumChild (H2020-MSCA-IF-2016 Project ID: 748770), ce colloque a pour but de (re)discuter dans quelle mesure les régimes et constructions de genre ont aidé / détourné / érodé l’aide humanitaire envers l’Europe pendant le XXe siècle et jusqu’à nos jours, et comment les acteurs humanitaires ont élaboré et appliqué leurs politiques pour l’intégration de la dimension sexospécifique dans les actions humanitaires.

Ce colloque propose d’explorer plusieurs axes thématiques :

Sources et méthodologie : Nous encourageons les communications relatives à une réflexion d’ordre méthodologique quant à la manière dont le genre peut être retrouvé dans l’histoire du secteur humanitaire, compte tenu de la rareté (et de la difficulté d’accéder à) des documents d’archives et le risque d’un discours (re)construit dans l’enquête orale. Comment analyser la manière dont une personne a mobilisé la variable du genre dans son travail dans le domaine humanitaire ? Comment mesurer empiriquement la réponse des bénéficiaires et l’impact de l’aide humanitaire lorsque des structures patriarcales locales et/ou un discours officiel raciste / chauviniste effacent la voix des catégories marginales ? Quels types d’approches pourraient mieux servir une telle recherche ?

Genre et projets humanitaires envers les enfants : Nous encourageons fortement les travaux qui analysent comment l’humanitaire a encouragé ou non l’attribution des rôles et des responsabilités « spécifiques » aux hommes et aux femmes travaillant dans l’effort humanitaire. Quelle est la place des hommes dans les actions envers les enfants, un domaine qui traditionnellement était réservé aux femmes ? En deuxième lieu, le cadre général d’action envers des enfants a-t-il inclus, de manière formelle ou non, les particularités et les risques liés au genre ? Troisièmement, peut-on parler d’une amélioration significative des résultats des actions humanitaires envers les enfants après la publication d’un code pour l’intégration de l’égalité des sexes ? Après la chute des régimes communistes, dans leurs actions dans les ex pays communistes, les acteurs humanitaires de l’Ouest ont-ils utilisé le savoir-faire des femmes qui ont travaillé pour les organisations féminines de masse ?

Est-Ouest : Quelles sont ces histoires inconnues des femmes impliqués dans l’aide humanitaire en Europe dans la première moitié du XXe siècle et comment les intégrer dans l’analyse plus complexe du genre dans l’humanitaire ? La guerre froide donne l’occasion aux pays européens de concentrer leurs actions humanitaires vers le Sud, tandis que les crises humanitaires continentales sont moins médiatisées. Pourtant, l’espace européen continue à bénéficier de l’aide humanitaire internationale, y compris les pays du bloc communiste. Quels sont les réseaux qui ont facilité ces actions dans les pays communistes et comment ont-ils collaboré avec les interlocuteurs locaux, compte tenu des régimes de genre dans la région ? Par ailleurs, peut-on parler d’une aide humanitaire Est-Est afin de décrire les actions entreprises par les pays communistes envers les autres États du bloc communiste ?

Télécharger le texte intégral de l’appel à communication.

Le colloque est ouvert aux doctorant·e·s, chercheur·e·s, mais aussi aux professionnel·le·s de l’humanitaire qui sont chargé·e·s de la mise en œuvre des politiques d’égalité des sexes dans l’action humanitaire.

Les propositions s’inscriront de façon privilégiée dans les disciplines : histoire, sociologie, science politique, anthropologie, économie, mais les regards « croisés » entre domaines connexes sont fortement encouragés.

Les propositions de communication compteront 600 mots maximum, auxquels pourront s’ajouter des références bibliographiques. Elles sont à adresser, avec un court CV, pour le dimanche 30 décembre 2018 à l’adresse mail suivante : luciana-marioara.jinga@univ-angers.fr